• De 475 € à 520 € / jour
  • 1 journée

Protocole Covid 19:Protections collectives et infividuelles

Mise en place d'une procédure de travail apres confinement
Types
  • Présentiel
Points forts
  • permettre de travailler "en sécurité"
Programme proposé par
Michel
Objectifs
Permettre aux entreprises de mettre en place des protections pour respecter les consignes gouvernementales et les intégrer dans leur Document Unique
Public visés
le personnel encadrant et les salariés
Programme
• De 475 € à 520 € / jour
• 1 journée
Protocole Covid 19:Protections collectives et infividuelles
Mise en place d'une procédure de travail après confinement
Types
• PRÉSENTIEL
Points forts
• PERMETTRE DE TRAVAILLER "EN SÉCURITÉ"
PROGRAMME PROPOSÉ PAR
CHEVALIER Michel ( Conseilbat)
06 64 76 64 06 Mail : conseilbat@yahoo.fr

Objectifs
Permettre aux entreprises de mettre en place des protections pour respecter les consignes gouvernementales et les intégrer dans leur Document Unique
Public visés
le personnel encadrant et les salariés
Programme
GUIDE DE PRÉCONISATIONS DE SÉCURITÉ SANITAIRE POUR LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS DE LA CONSTRUCTION EN PÉRIODE
D’ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS COVID-19
En cette période d’épidémie du coronavirus responsable d’une maladie nommée Covid-19, la priorité des entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics est d’adopter des mesures de prévention protégeant la santé de leurs collaborateurs, conformément aux responsabilités des employeurs et de
les inciter à veiller sur leur santé, leur sécurité et celle de leur entourage.
Ce document liste les mesures urgentes et spécifiques à mettre en œuvre pour assurer les conditions sanitaires nécessaires aux personnels du BTP appelés à travailler en bureaux, ateliers, dépôts ou chantiers et autres
lieux, en complément de toute mesure sanitaire édictée par les Pouvoirs Publics, qui ont approuvé ces mesures spécifiques.
Dans le contexte de cette crise sanitaire d’ampleur exceptionnelle, la mise en œuvre de ces mesures est une condition incontournable des activités du BTP. Il appartient à chaque entreprise d’évaluer sa capacité à s’y conformer et de prendre les dispositions nécessaires.
les essentiels :
Le Covid-19 fait partie de la famille des Coronavirus qui forment une grande famille de virus responsables généralement de rhumes et de syndromes grippaux bénins. Ils peuvent néanmoins présenter des formes graves en particulier chez des personnes fragiles (personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques, nourrissons, femmes enceintes…).
La transmission du virus s’effectue par projection de gouttelettes et par contact physique principalement par les mains via des objets contaminés, ce qui en fait une maladie très contagieuse (même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement en l’absence de mesures
de protection…). À l’heure actuelle, il n’y a ni vaccin ni traitement spécifique.
Seul le respect des mesures préventives permet de limiter les risques d’infection. Prévenir la contagion dans les activités du BTP exige d’appliquer strictement les mesures barrières dans les activités de chantier/atelier et annexes (bureaux, fournisseurs…).
En période d’épidémie, les entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics doivent respecter strictement les préconisations de ce guide, et à défaut de pouvoir le faire, stopper leur activité sur les travaux concernés.
Ce guide a reçu l’agrément des ministères de la Transition écologique et solidaire,
de la Ville et du Logement, des Solidarités et de la Santé, et du Travail.
1COVID-19 H5 G 02 20
Version à jour du 27 mai 2020, intégrant les recommandations du Haut Conseil de Santé Publique du 24 avril 2020 et du Protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la santé et la sécurité des salariés, publié par le ministère du travail, version du 9 mai 2020. Le présent guide est le document de référence pour les entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics.
les essentiels :
Le présent document a été établi le 27 mai 2020. Il est révisé et mis à jour régulièrement en tenant compte des évolutions de l’épidémie et des préconisations issues du gouvernement avec une veille quotidienne assurée par l’OPPBTP. Une version à jour est disponible sur : www.preventionbtp.fr. Un service ;
GUIDE DE PRÉCONISATIONS DE SÉCURITÉ SANITAIRE POUR LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS DE LA CONSTRUCTION EN PÉRIODE D’ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS COVID-19 2 H5 G 02 20
Exigences préalables ;
Obtenir systématiquement l’accord préalable des clients :
– Pour chaque opération, quelle que soit sa taille, le maître d’ouvrage formalise, après analyse, le cas échéant par le maître d’œuvre et le coordonnateur SPS (lorsque l’opération est soumise à ce dispositif),
en accord avec les entreprises intervenantes, une liste des conditions sanitaires afin de s’assurer que les différents acteurs pourront mettre en œuvre et respecter dans la durée les mesures complémentaires édictées. Cette analyse prendra en compte:
• la capacité de toute la chaîne de production de reprendre son activité (maître d’œuvre, coordonnateurs SPS, bureaux de contrôles, sous-traitants,
fournisseurs, transporteurs…),
• les conditions d’intervention extérieures ou intérieures,
• le nombre de personnes sur le chantier,
• la coactivité.
– L’organisation proposée visera à limiter autant que faire se peut la coactivité et préciser les conditions de respect des mesures sanitaires dans le cas où la
coactivité n’est pas évitable.
– Le maître d’ouvrage pourra désigner un référent Covid-19 chargé de coordonner les mesures à mettre en œuvre.
– Pour les opérations de 1ère catégorie, un CISSCT doit se tenir, idéalement par visioconférence.
– Pour les opérations relevant de la coordination SPS, le coordonnateur SPS met à jour le PGC SPS afin de définir les mesures de prévention de l’épidémie sur le chantier dans le cadre des exigences du présent guide et le respect des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires ; il doit notamment définir les mesures collectives et organisationnelles pour pouvoir les décliner dans les modes opératoires/ PPSPS.
– Il en va de même, pour les opérations relevant d’un Plan de prévention (décret de 1992), qui est mis à jour directement par le donneur d’ordre.
– Le coordonnateur SPS doit pouvoir assurer sa mission, y compris les visites régulières du chantier, limiter autant que faire se peut la coactivité et préciser les conditions de respect des mesures sanitaires dans le cas où la coactivité n’est pas évitable.
– Pour les clients particuliers, il convient que ces derniers acceptent les conditions générales d’intervention, et en particulier les conditions spécifiques
d’hygiène et de règles sanitaires (capacité à respecter les gestes barrières, distance minimale de 1 m avec toute personne, accès à un point d’eau pour le lavage des mains, accès aux installations d’hygiène).
Grands déplacements :
– Les entreprises ayant du personnel en grand déplacement doivent s’assurer de la disponibilité d’hébergements en chambre individuelle et de la
possibilité de restauration. Elles doivent s’assurer que les salariés ont rempli une déclaration de déplacement (et coché le cas n° 1) ; il est recommandé de
leur fournir en complément une attestation de déplacement professionnel.
Apprentis, stagiaires et alternants :
– Dès lors que les centres de formation et les CFA reprennent leurs activités et ouvrent à nouveau, il importe que tous les apprentis, stagiaires et alternants, majeurs et mineurs, puissent retrouver des conditions normales de formation, et accéder à nouveau aux chantiers et ateliers du BTP. Il est recommandé aux entreprises de prendre contact avec le centre de formation de leurs apprentis, stagiaires et alternants pour réadapter, le cas échéant, le calendrier initial de l’alternance. Dans le cas où c’est nécessaire, fournir l’attestation de déplacement professionnel.
Consignes générales
• Respecter strictement les gestes barrières, et en particulier:
– Respect d’une distance minimale d’un mètre entre les personnes à tout moment, sauf consigne particulière indiquée ci-après.
– Lavage approfondi et fréquent des mains à l’eau et au savon, a minima en début de journée, à chaque changement de tâche, et toutes les 2 heures en cas de port non permanent des gants, après contact impromptu avec d’autres personnes ou port d’objets récemment manipulés par d’autres personnes, puis séchage avec essuie-main en papier à usage unique.
Se laver les mains avant de boire, manger et fumer ;
si les mains sont visiblement propres, en utilisant une solution hydroalcoolique.
– Respecter les consignes émises par les autorités sanitaires.
– Rappeler aux personnels la nécessité d’éviter de se toucher le visage, avec ou sans gants, et sans nettoyage préalable des mains.
La possibilité de se laver les mains avec accès à un point d’eau et du savon est une condition incontournable pour autoriser l’activité.
• Port d’un masque de protection respiratoire:
– Le port du masque associé à des lunettes ou à un écran facial est obligatoire dans les cas suivants:
• travail à moins d’un mètre d’une autre personne :
port d’un masque de type à usage non-sanitaire de catégorie I (filtration supérieure ou égale à 90%) « masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public » selon la note DGS/ DGE/DGT du 29 mars 2020, de type FFP1, de type chirurgical ou de protection supérieure.
• intervention chez une personne à risque de santé: port d’un masque de type à usage non-sanitaire de catégorie I (filtration supérieure ou égale à 90%)
« masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public » selon la note DGS/ DGE/DGT du 29 mars 2020, de type FFP1, de type chirurgical ou de protection supérieure.
– Le port d’un masque est obligatoire dès lors que la distance physique d’au moins 1 mètre ne peut être garantie ou s’il y a un doute sur la possibilité de
l’organiser et la respecter.
– Pour les travaux en extérieur exposés aux intempéries, l’association d’un écran facial ou d’une visière est recommandée pour protéger le masque de la
pluie.
3
Consignes générales pour le lavage des mains
– Privilégier le lavage des mains (donc avoir des points d’eau à disposition).
– Mettre à disposition du savon et des essuie-mains en papier à usage unique.
– Dans la mesure des disponibilités, du gel hydro alcoolique sera mis à disposition dans les locaux et les véhicules de chantier (la mise à disposition de flacons de solution hydroalcoolique en association avec l’installation de distributeurs (appareils muraux ou flacons distributeurs) de produits pour l’hygiène de mains favorise une observance optimale de l’hygiène des mains).
– Adopter des pratiques préservant au maximum l’intégrité de la peau des mains :
• Utiliser de l’eau froide ou tempérée ;
• Se sécher les mains ;
• Ne pas utiliser plusieurs produits désinfectants en alternance ;
• Appliquer régulièrement une crème pour les mains.
(Conseils à afficher dans les bureaux, dépôts, ateliers, bases vie et bungalows de chantier)
Se laver les mains à l’eau et au savon ou avec un gel hydroalcoolique.
Le Masque :
Repérer le haut (barrette nasale).
Passer les élastiques derrière la tête, de part et d’autre des oreilles.
Vérifier que le masque couvre bien le menton. Ajuster le masque en pinçant la barrette sur le nez.
Tester l’étanchéité :
couvrir le masque avec les mains et inspirer ; le masque doit se plaquer sur le visage.
Après usage, retirer le masque par l’arrière par les attaches et le jeter dans le container prévu à cet effet, et non par terre ou dans la poubelle ménagère.
. Ne touchez pas la partie qui couvre votre visage.
Se laver les mains.
Rincez-vous bien les mains
Utilisez du savon
Frottez pendant 30 secondes Nettoyez la zone entre vos doigts
Nettoyez également vos ongles Rincez-vous bien les mains– Dans les autres cas, le port du masque n’est pas obligatoire et fait l’objet d’une discussion dans le cadre du dialogue social de l’entreprise. Les fiches pratiques de l’OPPBTP peuvent servir à nourrir ce dialogue.
– Les personnels doivent être formés à l’utilisation des masques.
– Le respect de la distance minimale de 1 m reste indispensable pour éviter les risques de contact, sauf en cas d’impossibilité technique avérée.
– Le port des gants de travail usuels et de lunettes ou d’un écran facial est également recommandé.
• Contrôler l’accès des salariés et autres intervenants en entreprise et sur chantier.
– Refuser l’accès et faire rentrer chez elle, avec le port d’un masque chirurgical, toute personne présentant des symptômes de maladie, en particulier (toux, température, perte d’odorat et/ou du goût.)
Un protocole particulier doit être rédigé et diffusé aux salariés pour la prise en charge des personnes symptomatiques sur le lieu de travail, ainsi que pour
l’identification et la prise en charge des contacts (cf. Protocole national de déconfinement et fiche conseil OPPBTP – Que faire en présence d’une personne malade ?).
– Les mesures de prise de température à l’entrée des locaux et des chantiers ne sont pas recommandées par le Haut Conseil de Santé Publique. Certains
patients atteints du Covid-19 ne présentent pas de température en début d’infection alors qu’ils sont contagieux. Toutefois, les entreprises, dans le cadre d’un ensemble de mesures de précaution, peuvent organiser un contrôle de température des personnes entrant sur leur site ou sur leur chantier en respectant les obligations de consultation et d’information
du personnel et les recommandations du Protocole national de déconfinement (voir également fiche OPPBTP Covid et prise de température).
– Il est recommandé également de questionner les salariés lors de la prise de poste
• Informer les salariés que les personnels à risque de santé élevé selon le Haut Comité de Santé Publique peuvent bénéficier du dispositif d’activité partielle
Porter une attention particulière aux salariés âgés.
• Désigner un référent Covid-19 pour l’entreprise et par chantier, qui peut coordonner les mesures à mettre en œuvre et à faire respecter (par exemple : chef d’entreprise, conjoint-collaborateur, chef de chantier, salarié chargé de prévention, représentant du personnel…).
• Assurer une information et communication de qualité avec les personnels :
L’information des salariés est essentielle en cette période de pandémie, en assurant la bonne compréhension des consignes. C’est une condition de leur
adhésion aux mesures préconisées, qui demandent l’engagement et la bonne volonté de chacun.
– Les représentants du personnel et leurs instances représentatives, CSE et CSSCT en particulier, s’il en existe, doivent être étroitement associés.
– La survenue d’un cas sur un chantier doit être signalée aux compagnons dans un souci de transparence et d’incitation aux respects des règles.
– Les réunions à l’air libre doivent être privilégiées.
– Organiser des réunions régulières, voire quotidiennes, (de type quart d’heure de sécurité) avec le personnel pour faire connaître les consignes et obtenir l’adhésion (en respectant la distance minimale d’un mètre), ou assurer un contact téléphonique.
4
Les conditions actuelles d’intervention présentent des risques de conditions opérationnelles dégradées en raison d’une indisponibilité probable de personnel, de matériels, de sous-traitant ou autres ressources habituelles des opérations. Une attention particulière doit donc être portée sur tous les risques « traditionnels » des chantiers, et en particulier les risques de chute, de heurt, ceux liés à l’électricité, aux engins, aux produits chimiques, au port de charge et aux postures.
Bureaux, dépôts et ateliers
– Avoir le maximum de personnels en télétravail afin d’avoir le strict minimum de personnels présents sur site.
– Assurer un affichage fort et visible des consignes sanitaires.
– Respecter, en toutes circonstances, une distance d’au moins 1 m entre les personnes, par exemple en :
• mettant en place des marqueurs pour faire respecter une distance d’au moins 1 m : bande adhésive au sol, barriérage, organisation des postes de travail et circulations intérieures…
• limitant l’accès aux salles et espaces collectifs, dont réfectoire et salles de pause.
• portant une attention particulière à l’organisation des flux de personnes.
– Lors de la reprise d’activité après plus de 5 jours d’inoccupation, il n’est pas nécessaire de procéder à une désinfection des locaux, le protocole habituel
de nettoyage suffit.
– Maintenir un nettoyage quotidien des sols lavables avec les produits détergents habituels, des moquettes avec un aspirateur muni d’un filtre HEPA.
Les ateliers et les dépôts ne nécessitent pas de protocole de nettoyage spécifique.
– Procéder à un nettoyage régulier, si possible deux fois par jour, et au minimum une fois par jour, des surfaces de contact les plus usuelles au moyen de produit désinfectant ménager courant (poignées de portes, tables, comptoirs, postes de travail, claviers, téléphones…).
– Aérer régulièrement les locaux (au moins 3 fois 15 minutes par jour) et vérifier le cas échéant les installations de ventilation et de climatisation.
– Ne réaliser des opérations de désinfection que lorsque l’évaluation des risques le justifie. L’usage de produits virucides n’est nécessaire qu’en cas de présence de personnes contaminées ou soupçonnées de l’être.
– Indiquer clairement la localisation des lavabos et afficher l’obligation de lavage des mains en arrivant sur site et apposer l’affiche nettoyage des mains.
– Mettre à disposition des flacons de gel ou de solution hydroalcoolique (si disponibles) dans les lieux fréquentés et à proximité des surfaces de contact
(tables, comptoir…).
– Organiser la mise à disposition du matériel et des fournitures pour réduire au minimum les passages au dépôt du personnel.
– Prévoir si possible un stockage des fournitures et matériaux pour plusieurs jours sur chantier ou dans les véhicules.
– Privilégier l’arrivée du personnel directement sur le chantier.
– Le cas échéant, organiser une logistique centralisée pour alimenter les chantiers (livraison par le dépôt et les fournisseurs directement sur chantier).
5
Consignes particulières
– Produits détergents de nettoyage usuels contenant des agents tensio-actifs.
– Désinfectant virucide répondant à la norme EN 14476 + A2 (du type Javel diluée, alcool à 70°, et autres produits du commerce – attention aux précautions d’emploi).
– Lingettes désinfectantes (poignées, clavier d’ordinateurs, siège de toilettes, véhicules, engins, outillage…).
– Savon.
– Essuie-mains jetables.
– Poubelles à pédale et couvercle pour jeter les consommables d’hygiène après usage.
– Sacs à déchets ; tous les déchets susceptibles d’être contaminés (masques et gants jetables, essuie-mains usagés, lingettes…) doivent être enfermés dans des sacs étanches jetés via la filière des ordures ménagères.
– Gants usuels de travail.
– Gants jetables pour manipuler les poubelles et pour le nettoyage/désinfection.
– En cas d’absence de point d’eau sur le lieu de travail, bidons d’eau clairement marqués « eau de lavage mains ».
– Gel ou solution hydroalcoolique (en complément, si disponible).
– Lunettes, écrans faciaux ou visières couvrantes (descendant au moins 3 cm sous le menton).
– Masques de protection respiratoire, en fonction des situations de travail* :
• Masques de type à usage non-sanitaire de catégorie I (filtration supérieure ou égale à 90% - « masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public » selon la note DGS/DGE/DGT du 29 mars 2020) ou de type FFP1.
• Masques chirurgicaux de type II ou de protection supérieure (en complément et pour activités spécifiques).
*se référer aux fiches-conseils « Port du masque » et « Aide au choix d’un
masque

FICHE CONSEILS
Auto-questionnaire sur l’état de santé
du collaborateur
COVID-19
• Pensez-vous avoir ou avoir eu de la fièvre ces derniers jours
(frissons, sueurs) ?
• Avez-vous des courbatures ?
• Depuis ces derniers jours, avez-vous une toux ou une augmentation de
votre toux habituelle ?
• Ces derniers jours, avez-vous noté une forte diminution ou perte de
votre goût ou de votre odorat ?
• Ces derniers jours, avez-vous eu mal à la gorge ?
• Ces dernières 24 heures, avez-vous eu de la diarrhée ?
Avec au moins 3 selles molles.
• Ces derniers jours, ressentez-vous une fatigue inhabituelle ?
• Dans les dernières 24 heures, avez-vous noté un manque de souffle
INHABITUEL lorsque vous parlez ou faites un petit effort ?
La présence d’un ou surtout de plusieurs de ces symptômes constitue une alerte.
Vous devez rester à votre domicile ou regagner votre domicile et contacter par téléphone
votre médecin traitant ou appeler le numéro de permanence de soins de vos régions ou
votre médecin du travail. Vous pouvez d’ailleurs bénéficier d’une téléconsultation. Si vos
symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et des signes d’étouffement,
appelez le Samu-Centre 15. (En cas de symptômes se référer aux consignes de la fiche
Covid-19 « Que faire en présence d’une personne malade ? »).
Cette fiche constitue un auto-diagnostic destiné aux collaborateurs. Il permet
d’évaluer son état de santé avant de se rendre sur son lieu de travail, ou bien en
arrivant sur le chantier, voire en cours de journée afin de surveiller son état de
santé.
En aucun cas, ce questionnaire ne doit donner lieu à des fiches recueillies et
enregistrées.
Rappel : L’enregistrement des données personnelles de santé est interdit,
à moins d’être réalisé par du personnel médical, médecin ou infirmier/infirmière.

FICHE CONSEILS
Les personnes pouvant être considérées comme vulnérables
sont celles répondant à l’un des critères suivants :
1. Être âgé de 65 ans et plus ;
2. Avoir des antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications
cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de
chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
3. Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
4. Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale :
(broncho-pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil,
mucoviscidose notamment) ;
5. Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;
6. Être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
7. Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kg/m2) ;
8. Être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :
- médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie
et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
- infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
- consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules-souches hématopoïétiques ;
- liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
9. Être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
10. Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
11. Être au troisième trimestre de la grossesse.
Il est conseillé à ces personnes de contacter leur médecin traitant et/ou leur médecin du travail qui les conseillera, au cas par cas, sur la conduite à tenir.

Périmètre d’application : agences, bureaux, dépôts, chantiers, activités…
FICHE CHECK-LIST COVID-19
Aide à la préparation d’activité de chantier en période d’épidémie de Covid-19-CLIENTS
Pourquoi ces check-lists ?
Pour bien préparer son intervention/son chantier dans le contexte Covid-19,
dans le but :
• de définir et respecter les modalités spécifiques face aux risques liés au Covid-19 en phase travaux, avec une clarification du « qui fait quoi ? » propre à chaque nature d’opération du BTP,
• de s’assurer que les conditions d’exécution sont bien toutes garanties avec
les principales parties prenantes (client => fournisseurs => prestataires/ sous-traitants/ co-traitants),
• 10 questions à poser au préalable à mon client particulier
à mon client professionnel (commerçant, industriel, collectivités…) à mes fournisseurs
les points sont classés en 3 étapes clés :
L’organisation
du chantier
Le travail
en sécurité
Le repli
du chantier
1. Toutes les recommandations sanitaires peuvent être respectées et le client a donné son accord :
> l’entreprise peut intervenir
2. Une ou plusieurs recommandations sanitaires ne peuvent pas être respectées :
> l’entreprise ne peut pas intervenir
3. Le client ne donne pas son accord :
> l’entreprise ne peut pas intervenir.
Le document devra être signé par les deux parties et conservé par l’entreprise. Une copie pourra être adressée
au client.
Nom du client
Nom de l’entreprise
Référence commande ou devis
Nature de l’intervention
Conditions d’intervention
(préciser l’environnement de travail et les éventuelles particularités de l’intervention)
Établi le
Responsable des travaux ou rédacteur autre
État sanitaire chez le client Oui Non Sans objet
Préciser les conditions d’intervention et les mesures sanitaires
1) Un échange a été réalisé avec mon
client particulier quant à l’état de santé des occupants du domicile (toux, fièvre, difficultés respiratoires, personne à risque élevé vis à vis du Covid-19...)
Note importante : si intervention chez une personne à risque ou touchée par le Covid-19, appliquer la procédure « Intervention urgente au domicile d’une personne à risque »
2) L’accès au chantier depuis la voie publique peut-il se faire dans des conditions compatibles avec les recommandations sanitaires (accès parking, parties communes, ascenseurs, parties privatives…) ?
3) La zone de chantier/d’intervention est-elle isolable (distance > 1 m par rapport aux occupants) ?
Avant intervention, le nettoyage/ désinfection de la zone d’intervention est-il prévu par le client ou l’entreprise ? (À définir)
4) L’espace de travail permet-il de travailler à plusieurs personnels intervenants en respectant une distance > 1 m ?
5) Si nécessaire, est-il possible d’isoler mes matériaux/matériels dans une zone inaccessible pour les occupants et/ou les riverains ?
6) Est-il possible d’amener à pied d’œuvre du matériel encombrant (échafaudage, bétonnière…) ?
(Conseil : ne pas utiliser le matériel du client disponible sur place).
Ajout d’une situation particulière :
Pour travailler en sécurité… Oui Non Sans objet
7) Le personnel intervenant peut il disposer d’un point d’eau avec savon et essuie-mains jetable pour le lavage des mains et l’accès à vos sanitaires ?
8) Info : Le personnel intervenant de l’entreprise a reçu un rappel des consignes sanitaires à respecter : distance >1m, port du masque, port de gants, lavage des mains, gestion des déchets…
9) Info : le personnel intervenant prévoit l’évacuation de tous les consommables utilisés et souillés dans un sac fermé chaque fin de journée.
10) Info : le personnel intervenant prévoit un nettoyage avec un produit détergent ou désinfectant de la zone de travaux à la fin de notre intervention.
Conclusion de l’évaluation :
□ Toutes les recommandations sanitaires peuvent être respectées et le client a donné son accord :
l’entreprise peut intervenir.
□ Une ou plusieurs recommandations sanitaires ne peuvent pas être respectées :
l’entreprise ne peut pas intervenir.
□ Le client ne donne pas son accord : l’entreprise ne peut pas intervenir.
Nom et signature de l’entreprise Nom et signature du client
Fait à : le :
Engagement client : Le client s’engage à respecter et faire respecter par les occupants les mêmes consignes de sécurité sanitaires (distanciation sociale, lavage des mains…)

FICHE CONSEILS
Protocole d’intervention chez un particulier à risque de santé élevé
Assurer les réparations d’urgence chez les particuliers est une priorité pour les entreprises du BTP, est un acte de solidarité citoyenne essentiel. Dans le cas de travaux au domicile de particuliers fragiles, dits « à risque de santé élevé », un protocole d’intervention doit être respecté pour éviter que le compagnon du BTP ne contamine la personne à risque (dans le cas où le compagnon serait un « porteur sain »).
Mettre à disposition un kit de fournitures d’intervention particulier composé de :
• Combinaison jetable.
• Sur-chaussures.
• Gants neufs adaptés à la tâche.
• Masque de protection respiratoire.
• Lunettes ou écrans faciaux ou visières couvrantes
• Gel hydroalcoolique.
• Lingettes désinfectantes.
• Eau et savon.
• Essuie-mains jetables.
• Sac à déchets.
Partager et faire respecter le mode opératoire suivant :
• Privilégier chaque fois que possible les modes de transport individuel. Sinon vous reporter à
la fiche «Se déplacer en sécurité pour se protéger dans les véhicules et les engins du BTP».
• Se laver les mains (eau + savon ou gel hydroalcoolique).
• Enfiler la combinaison.
• Mettre ses gants métiers.
• Positionner le masque + les lunettes ..
• Maintenir le client (et sa famille) à l’écart de la zone de travail.
• Réaliser les travaux.
• Mettre les déchets dans un sac fermé et les emmener.
• Revenir au véhicule.
• Enlever les EPI, pour ceux qui sont jetables, les mettre dans un sac fermé, les emmener et les éliminer via la filière des ordures ménagères.
• Se laver les mains (eau + savon ou gel hydroalcoolique).
FICHE CONSEILS
Protocole d’intervention chez
un particulier malade du Covid-19
Assurer les travaux de première nécessité ou de réparation d’urgence chez les particuliers est une priorité pour les entreprises du BTP, y compris au domicile de personnes malades du Covid-19.
C’est un acte de solidarité citoyenne essentiel. Dans ce cas, un protocole d’intervention particulier doit être respecté pour éviter que le particulier malade ne contamine le compagnon du BTP.
Ne faire intervenir que des personnels en bonne santé et sur la base du volontariat.
QUE FAIRE EN PRÉSENCE D’UNE PERSONNE MALADE OU SOUPÇONNÉE DE L’ÊTRE
En cas de personne présentant des symptômes sur le lieu de travail
▪ Isoler la personne dans un espace séparé des autres personnes
▪ Appliquer immédiatement les gestes barrière (garder une distance de 1 mètre) et
porter un masque chirurgical
▪ Lui faire porter un masque du type chirurgical.
▪ Éviter tout contact étroit, ne pas la déséquiper.
Avertir rapidement un sauveteur/secouriste du travail formé au risque COVID ou le référent COVID.
▪ Lui faire porter un masque chirurgical type II, des lunettes de protection, des gants
jetables.
▪ Evaluer la situation
En l’absence de signe de gravité, demander à la personne de contacter son médecin
traitant pour avis médical ou contacter le médecin du travail. Si confirmation d’absence
de signes de gravité, organiser son retour à domicile en évitant les transports en commun.
En cas de signe de gravité (ex. détresse respiratoire), appeler le SAMU - composer le 15.
En attendant la désinfection de la zone et avant de se déséquiper,
la personne qui porte assistance s’assure de :
▪ Signaler et matérialiser chaque surface qui a été souillée, y compris les locaux collectifs (salles de pause, toilettes,...).
▪ Déterminer avec le gestionnaire du site les installations à neutraliser (climatisation, ventilation, escaliers…).
Désinfecter la zone et les équipements potentiellement contaminés
La personne qui a porté assistance se déséquipe
▪ Se munir d’un sac à déchets
▪ Retirer les lunettes de protection puis le masque.
▪ Retirer les gants en veillant à ne pas toucher la surface extérieure.
▪ Mettre tous les équipements jetables dans un sac plastique et le fermer.
▪ Placer ce sac dans un deuxième sac et le fermer.
▪ Abandonner le tout sur place jusqu’à la désinfection.
▪ Désinfecter les équipements réutilisables
▪ Se laver les mains.
Contribuer au Contact-tracing
▪ Lister les personnes qui ont côtoyé la personne malade de façon rapprochée (1 mètre) et prolongée (+ 15 min) depuis l’apparition des symptômes et dans les 24 heures qui précèdent.
Moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement
salle avec le respect des distances de précaution
paper board , F à F pédagogique
Pré requis pédagogiques
Pas de pré requis
Suivi et évaluations
Tour de table, remise de QQ consignes rassemblées dans un livret stagiaire