Qu'est-ce que l'entretien professionnel ?

Il est obligatoire et est entré en vigueur en mars 2014, depuis la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale (Art. L. 6315-1. C.T.)

  • L’objectif

Le salarié bénéficie tous les deux ans d’un entretien professionnel avec son employeur, normalement le hiérarchique n+1, consacré à ses perspectives d’évolution professionnelle, notamment en termes de qualification et d’emploi. L’entreprise doit informer tout nouveau collaborateur de ce droit dès l’embauche.

Cet entretien ne doit pas être confondu avec l’entretien annuel d’évaluation, ou encore avec l’entretien annuel obligatoire pour les salariés autonomes soumis à une convention de forfait en jours sur l’année.

Il se substitue en revanche à l’éphémère bilan d’étape professionnel ou encore à l’entretien de 2ème partie de carrière.

 

  • Les salariés concernés

Il s’adresse à tous les salariés : CDI, CDD, temps complet, temps partiel...

L’entretien professionnel doit avoir lieu tous les deux ans. Il doit également être proposé après de longues périodes d’absence :

     congé de maternité ou d’adoption ;
     congé parental d’éducation ;
     congé de soutien familial ;
     congé sabbatique ;
     période de mobilité volontaire sécurisée ;
     période d’activité à temps partiel faisant suite à un congé de maternité ou d’adoption ;
     arrêt de longue maladie ;
     mandat syndical.

 L’entretien donne lieu à un document écrit qui est remis au collaborateur.

 

  • Le bilan à 6 ans

Tous les six ans, l’entretien professionnel est l’occasion d’un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du collaborateur, qui permet d’apprécier s’il a bénéficié des entretiens professionnels ET :

     suivi au moins une action de formation ;
     acquis des éléments de certification par la formation ou la validation des acquis de l’expérience (VAE) ;
     bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle.

Le bilan donne lieu à un écrit qui est remis au salarié.

Dans les entreprises de 50 salariés ou plus, si au cours des six dernières années le salarié n’a pas bénéficié des entretiens professionnels et d’au moins deux des trois mesures précitées, l’employeur doit abonder son compte personnel de formation (en vigueur à compter du 1er janvier 2015) de 100 h, pour un temps complet.

Enfin, le caractère obligatoire de ces entretiens et état des lieux du parcours professionnel implique que l’employeur, ou son représentant (service RH, manager, etc.), soit lui-même en mesure d’échanger et de proposer des solutions et perspectives en matière de formations professionnelles et d’évolutions professionnelles.

 

  • Le CEP - Conseil en Evolution Professionnel

Toute personne peut bénéficier, à titre gratuit, d’un conseil en évolution professionnelle dès son entrée sur le marché du travail et jusqu’à son départ en retraite, quel que soit son statut. Cet accompagnement permet au salarié ou au demandeur d’emploi d’être accompagné dans son projet d’évolution professionnelle, en lien avec les besoins économiques du territoire. Il facilite l’accès à la formation, notamment au compte personnel de formation (CPF). Encadré par un cahier des charges publié en 2014, le CEP peut être préconisé lors d’un entretien professionnel.

- Souce APEC -

 

 

meilleursformateurs.com © Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale 3.0 France.    Licence Creative Commons Pour réagir ou contribuer : outils@meilleursformateurs.com !